Tag: ON THE MOVE from Monaco to the World

mar
27

L’IMEDD inspire le changement et impulse la mobilité douce

by , under ENERGIES, ENTREPRISES, ETUDES, INITIATIVES, MOBILITE, ON THE MOVE, RESEAUX SOCIAUX, VILLES

 

Une mission et une double compétence

L’IMEDD s’est fixé pour mission d’accompagner les organisations publiques et les entreprises dans leurs stratégies d’études et de développement durable, dans des secteurs d’activités soumis à de réelles pressions sociétales, à la fois du point de vue économique, social et environnemental.
Créé en 2011 par une passionnée d’entreprenariat et de développement durable suite à 11 années d’expériences professionnelles en instituts ou pour de grandes entreprises, l’IMEDD contribue à rapprocher les organisations vers des questions ayant du sens, et les accompagne à concevoir et mettre en oeuvre des projets, visant à les ancrer dans des démarches responsables.

Un institut d’études et de sondages tourné vers l’international

Les références de l’IMEDD dans le domaine des études marketing et des sondages d’opinions l’ont amené à accompagner différents groupes dans un univers international en matière de stratégie, de conception et de réalisation d’études, elles lui ont permis de développer un réseau métier dans de nombreux pays, permettant ainsi à ses clients, de pouvoir entreprendre des études homogènes, représentatives et de piloter leurs projets.
L’IMEDD est un spécialiste des études, et dispose d’expériences et d’expertises pluri-sectorielles (automobile, énergies, télécommunications et IT, banque, assurance, déchets, eau, media…), pour des groupes d’envergure mondiale.
A son actif, plusieurs études barométriques administrées par téléphone, par Internet ou en Face à Face, qui ont notamment permis à des acteurs majeurs de travailler sur des questions de relations avec les clients, d’usages et d’attentes, de prospective (produit, prix, communication, distribution), de notoriété, de RSE, etc,…, le positionnant ainsi comme un accompagnant avec une solution d’études globales, pour l’innovation.
L’IMEDD souhaite d’ailleurs se positionner dans les années à venir, comme un acteur accompagnant les créateurs de projets innovants (mobilité, énergies, télécoms, IT…), dans leurs études de marchés (projets soutenus par des investisseurs publics ou privés).
Outre l’innovation, l’IMEDD est un expert des relations avec les parties prenantes, et propose un modèle barométrique d’études 360° donnant une vision des relations et points d’améliorations sur les clients, les salariés et les fournisseurs.

Les études auprès des acteurs publics entrent aussi dans le champ de compétences de l’IMEDD, avec par exemple, un accompagnement à la mise en oeuvre stratégique du Plan Santé Environnement de la Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales d’Ile de France, des études sur la perception des politiques publiques, des études sociologiques, barométriques, etc…
L’IMEDD met aussi ses compétences en matière d’études, au service de groupements d’entreprises en vue de la participation à des marchés publics, dans le cadre d’Agendas 21, de Plans de Mobilité Administration, de concertation publique, de workshops institutionnels, de projets à l’innovation, etc…

Formé et expérimenté aux méthodes statistiques des instituts d’études, l’IMEDD permet aux organisations publiques de concevoir des outils d’études représentatifs de leurs territoires, et d’ainsi construire des outils de pilotage, leur donnant lisibilité, leur permettant une prise de décision, et leur apportant la possibilité de se rapprocher de diverses communautés par l’information et la communication.

Un accompagnant global RSE et Développement Durable

Le second volet de l’IMEDD est la Responsabilité Sociétale et le Développement Durable, impulsé au sein même de sa stratégie de développement. Cette deuxième compétence est liée au parcours de la Fondatrice de l’IMEDD, Virginie Lelarge, qui mena en 2006, en parallèle de son activité professionnelle, un projet de recherches doctorales dont la question était : "le télétravail peut-il contribuer à l’égalité des chances et au développement durable ?".
Cette question, profondément liée au développement durable, suggère que les technologies de l’information et de communication permettent d’entreprendre ou de travailler depuis son domicile, et que cela a pour conséquences de favoriser l’accès à l’emploi et la diversité, par exemple dans des zones reculées, de contribuer significativement à la diminution des transports et à la création de valeur économique pour le télétravailleur (pour l’entreprise aussi).
De ce projet de recherches découla une nouvelle compétence, l’accompagnement à la conception de la mise en oeuvre du télétravail dans les organisations, avec notamment, pour référence, une étude réalisée auprès d’un groupe bancaire, pour réorganiser le temps de travail, et la mise en oeuvre progressive du travail à distance.

De 2007 à 2010, Virginie Lelarge accompagna la création et le suivi de la Charte sur la Responsabilité Sociétale Monégasque de la Jeune Chambre Economique de Monaco, auprès d’une centaine d’entreprises, pour lesquelles, elle a conçu un Bilan Annuel d’Actions Sociétales, abordant à la fois l’économie, le social et l’environnement. Ce projet fut distingué en 2008 et 2009 comme Best UN Millennium Goals Projects. Elle est aussi à l’origine de la première réunion des JCI de la Méditerranée autour de la Responsabilité Sociétale d’Entreprise.

Depuis sa création, l’IMEDD propose aux entreprises et aux organisations publiques des axes d’innovation sociétale, avec l’accompagnement stratégique à la RSE, avec des projets fédérateurs, des Chartes, des évènements, etc,…, en apportant un focus particulier sur les secteurs exposés aux pressions liées à un développement durable : automobile, énergies, télécommunications et IT, banque, assurance, déchets, eau, media…
L’IMEDD s’appuie sur ses compétences en études et en RSE, et sur un réseau métier engagé, pour conseiller au mieux ses clients en leur apportant valeur ajoutée et différenciation.
Parmi ses références, la Charte sur le Bois de la Fondation Prince Albert II de Monaco, réalisée avec le soutien de MC2D et du Gouvernement Princier.

 

Focus sur la mobilité et les énergies : ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD

En 2012, avec le soutien de la communauté monégasque et française, et notamment EVER MONACO, l’IMEDD a lancé le projet international de fédération à la mobilité douce et aux énergies renouvelables : ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD, dont l’objet est d’apporter une plate-forme pour les acteurs de la mobilité et des énergies, pour aborder à la fois leurs visions stratégiques et sociétales, leurs axes de développement économique, leurs innovations sociales, leurs engagements pour préserver l’environnement et leurs solutions concrètes pour répondre aux enjeux sectoriels : véhicules électriques ou hybrides, bornes de recharge, solutions d’énergies renouvelables, etc…
Outre cette dimension, ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD aborde aussi la mobilité et les énergies sous un angle public : transports en commun, covoiturage, plans de déplacements, sécurité,…
Le projet se matérialise par un site Internet en français et en anglais, qui en un an d’existence, s’est positionné dans un univers international, avec un suivi dans 94 pays.

Avec ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD, l’IMEDD met à disposition un canal d’informations et de communication engagé pour la mobilité douce et les énergies naturelles, et des prestations sur mesure : conception de stratégie de contenu, contenus, visuels, etc…

Le caractère d’indépendance de l’IMEDD, et de fait du projet ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD, le positionne comme crédible auprès des internautes, globalement des experts de la mobilité ou des énergies, mais aussi auprès des décideurs publics et privés, qui le considèrent comme une force complémentaire à leurs actions respectives.

Focus sur la mobilité, la diversité et l’entreprenariat : LADIES IN MOBILITY

Pour apporter une dimension de "terrain" et surtout un ancrage territorial fort au projet ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD, l’IMEDD en a proposé une déclinaison féminine, avec la collaboration de diverses entreprises et associations de la Principauté de Monaco et de France.
Ainsi est né, LADIES IN MOBILITY, un réseau de compétences et d’expertises au service des acteurs de la mobilité, abordant ce sujet sous un angle féminin (mais pas seulement), et surtout pas féministe!

Pourquoi les femmes sur la question de la mobilité ?
Ce secteur d’activité est traditionnellement masculin, et la question de la diversité y est particulièrement importante.
De plus, de nombreuses études démontrent que les femmes sont plus sensibles aux questions du développement durable, que leur statut de mère les amène à s’inquiéter plus facilement pour la santé de leurs enfants du fait de la qualité de l’air, qu’elles peuvent être amenées à devoir repenser leurs transports pour des raisons économiques, qu’elles sont très souvent en charge des questions de RSE dans les entreprises, donc de mobilité et d’énergies, et qu’elles sont de formidables vecteurs de communication, pour inspirer et impulser le changement.
Dans le même temps, elles sont souvent isolées, confrontées à des difficultés d’ordre transversal, et le système paternaliste et hiérarchique de l’entreprise n’est pas toujours favorisant pour leur évolution.
Pour toutes ces raisons, elles possèdent une vision différente, une manière différenciante d’amener la mobilité, et des capacités de communication pour transmettre les valeurs associées à la mobilité douce.

La première étape pour LADIES IN MOBILITY a été la constitution du réseau, avec un socle ancré à Monaco et en PACA, deux territoires liés par la mobilité.
Une seconde étape a été la création d’un site d’informations à destination des femmes, et le lancement d’un panel d’études sur les femmes et la mobilité durable, avec quelques 500 participantes en quelques mois, qui ont accepté de partager avec l’IMEDD, leur perception du développement durable, leurs usages et leurs comportements face aux énergies, à la mobilité, leurs sources d’informations, leurs processus décisionnels d’achats de solutions de mobilité, leur perception face au véhicule électrique et la notoriété des marques, leurs rôles dans la société pour soutenir la mise en oeuvre d’une mobilité plus douce.
Avec cette étude, le panel des LADIES IN MOBILITY, l’IMEDD s’est fixé pour objectif de livrer des résultats représentatifs. L’IMEDD proposera ensuite aux acteurs de la mobilité de disposer de cette publication, dans certaines conditions.
Le panel des LADIES IN MOBILITY bénéficie du soutien de la Fondation Prince Albert II de Monaco, de l’ADEME, de l‘AVERE et de l’Institut de la Mobilité Durable.

La troisième étape a été le lancement du format de conférences (LADIES IN MOBILITY), dont la 1ère Edition a lieu à EVER MONACO au Grimaldi Forum, le 29 mars 2013, réunissant acteurs publics monégasques et français, décideurs publics et privés, et associations autour du thème de l’intégration de la mobilité durable dans les villes intelligentes. De nombreuses organisations se sont associées à la 1ère Conférence des Ladies in Mobility, dont l’objectif est de porter ensemble le passage à la mobilité douce dans les villes.

En moins de six mois, LADIES IN MOBILITY s’est positionné comme un acteur au service des acteurs publics et privés de la mobilité, et pour continuer sa mission, il est prévu d’étendre le projet à l’international, en proposant le site d’informations et le panel d’études, en Italie, en Grande Bretagne et en Suisse.
Il s’agit désormais de financer la croissance de ce projet, qui a pour but de faire émerger un canal d’informations et d’études online différenciant et engagé pour une mobilité plus douce.
Pour cela, une participation financière au réseau est à l’étude, ainsi que des projets visant à fédérer les acteurs de la mobilité.

Focus sur les enfants, la génération future : BIO LOGIKA

"Pour qui travaillons-nous tous, si ce n’est, nos enfants ?"
Cette ligne particulière s’inscrit dans l’intime conviction qu’en accompagnant, en expliquant et en montrant aux générations futures, qu’il est possible de créer le changement, une fois devenues grandes, elles seront capables de prendre le relais.
Pour l’IMEDD, il est donc important de transmettre les valeurs du développement durable aux enfants, et sa matérialisation se nomme BIO LOGIKA, un format de jeu ludo-éducatif destiné à sensibiliser les enfants à l’environnement qui les entoure. BIO LOGIKA existe en cinq versions : biodiversité, Méditerranée, énergies, glaces polaires et mobilité.
A l’aide d’un planisphère, et avec le soutien d’un animateur, les enfants découvrent un thème de l’environnement, posent leurs questions, réfléchissent aux implications pour les hommes et pour la planète.

BIO LOGIKA a été soutenu par la communauté monégasque, notamment dans le cadre de Monacology, la Semaine Monégasque de Sensibilisation des Enfants à l’Environnement et de l’éco-village de Thalassa.
L’IMEDD propose désormais à des organisations la présence de BIO LOGIKA sur leurs évènements, par exemple EVER MONACO ou la Semaine Européenne de la Mobilité, et aussi dans des lieux accueillant les enfants, l’objectif étant d’apporter à ces établissements la possibilité de les initier à l’environnement, par le jeu.

A qui s’adresse l’IMEDD ?

L’IMEDD s’adresse aux organisations publiques, aux entreprises, et plus généralement aux populations, pour les inspirer et les accompagner vers le changement, en commençant par les secteurs à enjeux : la mobilité, les énergies, les déchets et l’eau.
Ses projets sont des liens sociétaux pour étudier et porter le changement, les nouvelles solutions, et les acteurs qui les initient.

Pour quelles raisons avoir créé le projet "ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD" ?

ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD est un lien de Monaco vers le monde, pour une mobilité plus douce et le développement des énergies renouvelables. Il répond à une demande émise par les acteurs de ces secteurs pour rendre visible, leurs stratégies et solutions, et qui le considèrent désormais, comme un canal d’informations vers l’international.
La France, de par sa position économique mondiale et son leadership industriel dans le domaine, est aussi un point d’ancrage de ce projet, car cet espace territorial a déjà démontré dans son histoire sa capacité de fédération et de travail dans une même direction, avec des résultats qui l’ont menée en tête d’affiche dans de nombreux domaines.
ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD est un socle fondateur pour aborder le changement par l’innovation.

Pour en savoir plus :
IMEDD : http://www.imedd-group.com
ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD : http://www.imedd-group.com/onthemove.php
LADIES IN MOBILITY : http://www.ladiesinmobility.com
BIO LOGIKA : http://www.bio-logika.com/mc/

 

Commentaires fermésread more
mar
27

General Motors, engagé pour le véhicule électrique avec l’Opel Ampera

by , under ENTREPRISES, INITIATIVES, MOBILITE, ON THE MOVE, VILLES, VOITURE ELECTRIQUE

 

Opel est pleinement conscient des impacts sociétaux et environnementaux générés par les besoins de mobilité croissants des citoyens, et son centre de développement technique s’emploie à y apporter des solutions. Premier constructeur à utiliser des peintures sans solvants organiques, à marquer les composants en matières plastiques afin d’en faciliter le recyclage, puis à offrir le pot catalytique de série, Opel propose en 1995 la 1ère « voiture 3 litres », l’Opel Corsa Eco3, consommant 3,4l/100.

S’ensuivent le développement de moteurs optimisés pour fonctionner au GNV et au GPL et la recherche dans le domaine de la mobilité hydrogène culminant en 2008 sur la production de la plus grosse flotte d’essai au monde de véhicules à pile à combustible. Cette technologie offre les avantages des véhicules électriques et ceux des véhicules thermiques tout en éliminant leurs désavantages respectifs ; elle prendra leur essor sur son marché d’ici cinq à dix ans.

En 2012, l’Opel Ampera est élue Voiture de l’Année grâce à l’excellence de sa technologie : cette voiture électrique dispose d’un prolongateur d’autonomie qui élimine complètement la crainte typique des conducteurs face à la mobilité électrique : l’incertitude de parvenir à son but. En outre, l’Ampera se recharge sur une prise domestique, ce qui réduit les barrières infrastructurelles et simplifie considérablement son utilisation quotidienne.

La solution d’Opel rencontre d’emblée un franc succès puisque l’Opel Ampera sera dès 2012 le véhicule électrique le plus vendu en Europe. En 2012, Opel met en service la plus grande installation photovoltaïque du monde sur toit à son usine de Saragosse (Espagne) : ses 320 000 m² de panneaux solaires produisent le courant correspondant à la consommation moyenne de 4 600 foyers.
Opel n’a pas attendu de preuves du réchauffement climatique pour agir en citoyenne responsable. L’entreprise propose aujourd’hui la solution la plus aboutie pour rouler électriquement sans contraintes. Et, avec l’hydrogène, elle se positionne dans les technologies en phase avec les systèmes énergétiques du futur. Cependant, il n’est pas suffisant de développer les véhicules dotés des technologies les plus propres : il s’agit d’en diffuser le plus possible pour enrayer les conséquences négatives d’une mobilité indispensable à la croissance économiques. Cela implique d’une part de proposer ces technologies à des prix abordables et d’autre part de bénéficier d’un ensemble de mesures incitant le marché à s’orienter vers les solutions de mobilité respectueuses de l’environnement.
Opel suit donc avec intérêt les dispositions envisagées en France pour améliorer le mix énergétique dans les transports, des mesures fiscales aux facilités de circulation accordées aux technologies propres. L’entreprise est prête à offrir ses compétences aux efforts entrepris par le gouvernement et les diverses associations et organismes qui façonnent la mobilité de demain.

Pour quelles raisons participer au projet "ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD" ?

ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD est un moyen de faire connaître la stratégie sociétale de General Motors, et plus précisémment de la marque Opel, et les capacités de son véhicule (l’Opel Ampera), et de participer à une action fédératrice, qui contribue à promouvoir les nouvelles solutions de mobilité.

Pour en savoir plus :
OPEL : http://www.opel.fr/
General Motors : http://www.gm.com

 

mar
25

Après le couchsurfing, le plugsurfing débarque en Europe

by , under BORNES DE RECHARGE, ENTREPRISES, ETUDES, INITIATIVES, MOBILITE, ON THE MOVE, VILLES, VOITURE ELECTRIQUE

 

Connaissez-vous le couchsurfing? C’est une nouvelle tendance, dont les utilisateurs sont principalement les jeunes adultes en quête d’aventures. On pourraît traduire le terme par le fait de «passer d’un canapé à l’autre». Dans la droite ligne de ce concept, le plugsurfing débarque en Europe. Comme la communauté des couchsurfers offre le gîte aux voyageurs de passage, celle des plugsurfers propose ses bornes de recharge électrique aux conducteurs qui en ont besoin. De ce concept, sont nés un site internet et une application pour les smartphones : http://plugsurfing.org/


Source : http://plugsurfing.fr/

Ce service, gratuit, offre à ses membres :
– Plus de 16 000 bornes de rechargement en Europe et dans le monde,
– Une recherche ciblée ou par géolocalisation,
– Une recherche par disponibilité,
– Un système de notation et de commentaires des bornes utilisées,
– Une application smartphone (disponible pour iOs et Android),
– Un widget personnalisable et intégrable aux sites web,
– Un calcul d’itinéraire et d’organisation du voyage en fonction des bornes disponibles.

Ce service est disponible en 9 langues (français, anglais, allemand, néerlandais, espagnol, danois, chinois, norvégien et japonais), pour tous les propriétaires de voitures, de scooters ou de vélos électriques.


Source : http://plugsurfing.fr/

Pour en savoir plus sur la communauté des plugsurfers : http://plugsurfing.fr/

 

Commentaires fermésread more
mar
20

La Semaine du Développement Durable sera marquée par la Journée de la Mobilité Electrique de SOBEM-SCAME

by , under ENERGIES, MOBILITE, VILLES, VOITURE ELECTRIQUE

 

A l’occasion de la Semaine du Développement Durable, le 3 avril 2013 à Sainte Marie Sur Ouche, SOBEM-SCAME, organise la Journée de la Mobilité Electrique, une journée de découverte industrielle, pour comprendre les infrastructures de recharge.

Cette journée est dédiée aux acteurs publics, aux indistriels et aux media pour leur présenter les solutions d’infrastructures de recharge de SOBEM-SCAME, sa réponse aux enjeux du Grenelle de l’Environnement : la France s’est en effet fixé comme objectif, plus de 2 millions de véhicules électriques et hybrides en 2020 soit au minimum 4 millions de points de recharges électriques.

Au programme de la Journée Industrielle de SOBEM-SCAME : visite de l’entreprise, présentation des solutions, échange avec les participants, et d’autres animations à découvrir, parmi lesquelles des essais de véhicules électriques (VE) et de véhicules hybrides rechargeables (VHR)

Compte tenu de ses compétences et de son savoir-faire, SOBEM-SCAME a décidé de développer sa propre gamme de bornes de recharge à usage public et privé (soit 3 puissances de recharge : normale (8 à 10h), accélérée (2 heures) ou rapide (1/2 heure).
Ce qui démarque SOBEM-SCAME de la concurrence est sa capacité à fabriquer une gamme de bornes "à la demande" s’intégrant dans le paysage (grâce aux formes, couleurs, tailles, matériaux, (exemple : monuments de France).
Un partenariat technologique et commercial avec la société française LAFON Technologies lui permet, via le système Pulse, d’intégrer les fonctionnalités de paiements dématérialisés dont celui par téléphone mobile, de gérer les points de recharge pour le commerçant, et d’assurer la télémaintenance pour l’exploitant.

Cette journée sera l’occasion pour la Société Bourguignonne, de présenter sa capacité et son attachement à construire le maillage du territoire français en termes d’infrastructures de recharge, notamment avec la borne de recharge : COMETE.

A propos de SOBEM-SCAME
Fabricant Français, depuis 1955, d’enveloppes métalliques et de solutions montées câblées pour différents secteurs d’activités. Nous sommes situés à Sainte-Marie sur Ouche (25 km de Dijon).
Effectif : 65 personnes
CA : 11 millions

http://www.sobem-france.com/

Vous pouvez aussi lire nos autres articles sur SOBEM – SCAME :

Une société bourguignonne, Sobem-Scame développe des infrastructures de recharge pour les véhicules électriques
Des organisations internationales soutiennent l’IMEDD et s’associent à « ON THE MOVE! FROM MONACO TO THE WORLD! » pour la campagne de sensibilisation 2012
Sobem-Scame, un acteur incontournable pour les prises et bornes de recharge pour les véhicules électriques

 

Commentaires fermésread more
mar
01

Présentation de la Conférence des Ladies in Mobility à EVER MONACO

by , under ENERGIES, ENTREPRISES, ETUDES, INITIATIVES, MOBILITE, ON THE MOVE, RESEAUX SOCIAUX, VILLES

Le réseau des "Ladies in Mobility" organisera le 29 mars dans le cadre d’EVER MONACO, au Grimaldi Forum, la Conférence des "Ladies in Mobility" sur le thème de l’intégration de la mobilité durable dans les villes intelligentes, réunissant des acteurs monégasques et français, publics et privés. Virginie Lelarge, fondatrice de l’IMEDD présente, en vidéo, l’objet de cette conférence.

Pour les personnes souhaitant participer à cette conférence, elles peuvent s’inscrire ici…

 

Commentaires fermésread more
mar
01

Conférence de presse – EVER MONACO 2013

by , under BORNES DE RECHARGE, ENERGIES, MOBILITE, VOITURE ELECTRIQUE

Le 28 février 2013, le Comité Organisateur d’EVER Monaco a organisé une conférence de presse, pour présenter les principales nouveautés de l’édition 2013, et présenter ses partenaires.

A cette occasion, EVER MONACO a dévoilé sa campagne de communication : "Electrique? oui, électriques".

www.ever-monaco.com

 

Commentaires fermésread more
fév
25

EVER MONACO, J-30, le compte à rebours est lancé

by , under BORNES DE RECHARGE, ENERGIES, ENTREPRISES, MOBILITE, ON THE MOVE, VILLES, VOITURE ELECTRIQUE

 

Le salon EVER MONACO ouvrira ses portes le 27 mars 2013



Ne manquez pas l’opportunité de participer à ce rendez-vous privilégié, organisé sous Le Haut Patronage du Prince Albert II de Monaco.

Venez rencontrer, en un même lieu, les professionnels de la mobilité propre et des énergies renouvelables.

Pour plus d’informations,
www.ever-monaco.com

Amis exposants, conférenciers et visiteurs,

Bienvenue à EVER Monaco 2013, qui allie exposition et conférences sur les Véhicules Écologiques et les Énergies Renouvelables.

Depuis Son avènement, Son Altesse Sérénissime Le Prince Albert II de Monaco, a engagé la Principauté dans une politique de développement durable notamment liée à la mobilité "propre".

Les partenariats signés avec les constructeurs automobiles, ainsi que l’engagement des différentes administrations et des entreprises de services publics ont conduit à faire de Monaco une réelle vitrine de la mobilité propre.

Un autre objectif de ce salon est de vous sensibiliser au développement des énergies renouvelables et l’amélioration de l’efficacité énergétique.

Les conférences scientifiques permettront de réunir chercheurs, universitaires et industriels, chargés de projets de développement autour de ces différents thèmes.

3 jours durant des tables rondes feront intervenir des experts de ces deux domaines et seront l’occasion de comparer et partager les expériences de chacun.

C’est ainsi qu’EVER Monaco contribue à la construction d’un environnement meilleur pour les générations futures.

S.E.M. Bernard Fautrier
Co-Président d’EVER

www.ever-monaco.com

Email // cv@miti.mc
Office // + 377 93 50 13 44
www.ever-monaco.com

Vanessa Cantel
Commissaire Général

MITI
3 rue Malbousquet
98000 MONACO
Mob // + 33 (0)6 78 63 09 27
Fax // + 377 93 50 13 45

 

 

Commentaires fermésread more
fév
22

Perspectives de l’énergie solaire dans l’espace

by , under ENERGIES, ETUDES, ON THE MOVE

 

Lorsque les rayons du soleil traversent notre atmosphère, seule une faible fraction du rayonnement arrive effectivement au sol terrestre :
– 30% sont directement réfléchis vers l’espace,
– 20% sont réfléchis par les nuages,
– 6% sont réfléchis par les diverses couches de l’atmosphère,
– 4% par la terre.

Seuls 40% des rayons sont utilisables, soit environ 350 W/m². Sur ces 350 W/m², entre 5 et 15% sont convertis en électricité, ce qui donne un ratio compris entre 17 et 52 W/m². En dépit des progrès actuels et à venir, cette énergie restera nécessairement limitée.


Source : http://japon.aujourdhuilemonde.com

Partant du principe qu’en haute atmosphère le rayonnement du soleil est presque quatre fois plus puissant que celui à la surface terrestre, qu’il est permanent et ne dépend pas des saisons ou de la météo, plusieurs études / projets sont en cours afin d’évaluer la faisabilité d’aller récupérer ces rayonnements au-delà de l’atmosphère.

De son côté, l’Académie Internationale d’Astronautique basée à Paris, ayant pour objectifs de promouvoir le développement de l’astronautique à des fins pacifiques et d’élaborer une série d’études et de livres blancs traitant de nombreux aspects de coopération internationale (l’exploration et l’habitat du système solaire et au-delà, les débris spatiaux, les petits satellites, les activités extra-véhiculaires, les missions à bon marché pour satellites scientifiques, l’exploration lunaire et martienne…) a publié une étude dont les conclusions révèlent que "des programmes spatiaux pourraient être mis en œuvre d’ici 30 ans, dans le seul but de capter l’énergie solaire directement de l’espace, un moyen rentable de pourvoir aux besoins en énergie des terriens". Le schéma élaboré par des scientifiques du monde entier met en scène des centrales électriques en orbite qui captent les rayons du soleil avant de les transmettre vers la terre. "Ce procédé serait techniquement réalisable d’ici une décennie ou deux, rien qu’en se basant sur les technologies existantes en laboratoires".

L’avantage du système réside dans le positionnement des différents satellites : en orbite sur l’équateur, ils bénéficieront d’un ensoleillement maximal et permanent (24h sur 24h). Le principe de base est relativement "simple" : placer en orbite géostationnaire des satellites équipés de panneaux solaires et de bras articulés orientables. Chaque panneau solaire devrait ensuite récupérer les rayonnements du soleil pour ensuite réfléchir l’énergie captée vers un dispositif maître. Celui-ci serait chargé de convertir l’énergie en électricité et de la transmettre vers la terre via un laser ou une antenne à micro-onde. Enfin, des équipements au sol s’occuperaient de récupérer ces flux extraterrestres et de les injecter dans les réseaux électriques terrestres.


Source : http://www.linternaute.com

Selon John Mankins (ancien responsable Concept à la NASA qui a dirigé l’étude de l’Académie Internationale d’Astronautique), "un projet pilote visant à démontrer la faisabilité de cette technologie est tout à fait envisageable grâce notamment aux lanceurs à bas coûts actuellement en cours de développement". Cette déclaration ne doit pas occulter les problèmes à résoudre pour développer un tel projet : la gestion des débris spatiaux, le manque d’études ciblées, le coût final de développement, le rayonnement,etc…

Deux projets majeurs sont en cours : un projet américain (développé par la NASA) qui s’oriente vers une transmission à la terre sous forme de micro-ondes et un projet européen (EADS / Astrium) qui privilégie la technique du rayon laser pour transmettre l’énergie solaire. Avant de placer ces premiers dispositifs en orbite, les ingénieurs devront résoudre bon nombre de problèmes technologiques mais aussi financiers, afin d’arriver à développer une solution économiquement viable.
La sécurité est le premier motif d’inquiétude des populations face à ces projets, les mots laser et micro-ondes faisant peur aux terriens que nous sommes…

 

Commentaires fermésread more
fév
11

Toujours plus petit pour les villes

by , under ENTREPRISES, INITIATIVES, MOBILITE, ON THE MOVE, VILLES, VOITURE ELECTRIQUE

 

Les évolutions démographiques dans les villes étant ce qu’elles sont, penser la mobilité électrique, c’est voir petit. En effet, de nombreuses villes sont soumises à des pressions urbaines, limitant ainsi la place au sol des véhicules. C’est ainsi que des constructeurs de mobilité électrique misent sur des "urban cars" : électriques, petits, pratiques, esthétiques, futuristes, des véhicules aussi ancrés dans une dimension de partage. Prenons deux exemples de cette dynamique…

RENAULT AVEC TWIZY

Twizy, c’est l’aboutissement du concept car du même nom présenté au salon de l’automobile de Francfort en 2009. Un an plus tard, Renault présente le véhicule dans son design définitif lors du salon de Paris. C’est un véhicule à mi-chemin entre un scooter et une voiture, homologué comme un quadricycle à moteur, spécialement étudié pour un usage urbain, ce caractère étant accentué par ses dimensions réduites (2,3 m de long et 1,2 m de large), son diamètre de braquage très court et son mode de propulsion 100% électrique.


Source : http://auto.orange.fr

Ces dimensions lui permettent, tout comme la Smart, de se garer perpendiculairement au trottoir. Pour cela, Renault a dû installer le siège passager derrière celui du conducteur. La version la moins puissante (Twizy 45 peut se conduire dès 16 ans, avec un simple Brevet de Sécurité Routière). Les performances de ce véhicule sont adaptées à l’usage urbain qui devrait en être fait : autonomie d’environ 100 km, vitesse maximale de 80 km/h pour la version la plus puissante et un temps de recharge relativement court : 3h30 pour une charge complète à partir d’une simple prise secteur.

 
Pour en savoir plus : http://www.renault.com

Renault Twizy est commercialisé depuis le début de l’année 2012. Il est disponible en 3 finitions (Twizy Urban, Twizy Technic et Twizy Color) et 2 motorisations (Twizy et Twizy 45), avec ou sans permis de conduire. Renault propose également un certain nombre d’options, dont les demi-portes en élytres.

HIRIKO, CITADINE PLIABLE

A l’origine, ce projet américain a vu le jour dans les laboratoires du MIT (Massachusetts Institute of Technology) sous le nom de CityCar au début des années 2000. En 2008, le principal sponsor du projet, décide de se retirer. Un entrepreneur basque, Carlos Fernandez, rassemble alors autour de lui 6 autres chefs d’entreprises et décide de poursuivre le projet.

Hiriko, "citadine" en basque, est un concept innovant : il s’agit d’un véhicule électrique compact et maniable, destiné à évoluer uniquement dans un environnement urbain. Hiriko, 2,6 m de long pour 500 kg peut embarquer deux passagers. À l’arrêt, l’arrière du véhicule se rétracte sous la partie avant, le véhicule ne dépasse alors pas 1,6 m de long. Les innovations sont nombreuses : l’ouverture se fait par une portière frontale, les commandes sont de type "drive by wire" (i.e. commandes électroniques), chaque roue possède son propre moteur et est indépendante des autres pour la direction, la suspension ou encore le freinage, chaque roue peut pivoter de 60°, permettant au véhicule d’effectuer des rotations sur 360°, les batteries se rechargent en 15 minutes et l’autonomie du véhicule, annoncée par le constructeur, serait de 120 km pour une vitesse maximale de 50 km/h.

SCHEMA DU PLI D’HIRIKO

Source : http://www.hiriko.com/

La phase de production a été lancée, les premiers véhicules devraient sortir des chaines de production en 2013. Trois modèles seront disponibles à la commercialisation : le modèle Fold (classique), le modèle Alai (décapotable) et le modèle Laga (version mini-pickup). Parmi les clients visés figurent les villes. Beaucoup ont déjà montré leur intérêt pour cette solution, Barcelone, Londres, Paris, Berlin, San Francisco, une solution qui pourrait se destiner à l’autopartage.

 
Pour en savoir plus : http://www.hiriko.com/

VIVRE DANS DES VILLES INTELLIGENTES

Pour construire des villes intelligentes, il est important de replacer les hommes au coeur des centres urbains. Très souvent, les citadins évoluent aux alentours de leurs quartiers. L’usage de la voiture est occasionnel et sur de courtes distances. Le concept des petites voitures électriques en partage dans les villes peut faire partie, dans ce contexte, des éléments de réponse à un certain type de comportements.

 

Commentaires fermésread more
fév
05

L’ile Seguin, lieu d’innovation

by , under ENERGIES, INITIATIVES, ON THE MOVE

 

L’île Seguin est une île de l’ouest parisien, située sur la Seine. D’une surface de plus de 11,5 hectares, elle est située face à la commune de Meudon, entre Boulogne-Billancourt, dont elle dépend administrativement, sur sa rive droite, et Sèvres sur sa rive gauche.


Source : http://www.ileseguin-rivesdeseine.fr

De 1929 à 1992, l’ile Seguin était occupée dans sa quasi-totalité par les usines Renault. Ces bâtiments ont été rasés en 2004 et 2005. Le site est actuellement en pleine renaissance : le projet actuel, œuvre de Jean Nouvel, a été dévoilé en juin 2010. Il prévoit 310 000 m2 de droits à construire, cinq tours, sept hectares d’espaces verts, deux salles de concert, un pôle consacré à l’art contemporain, un autre au cinéma et aux arts numériques. Les travaux ont débuté en 2012 et devraient s’achever en 2017.


Source : http://www.ileseguin-rivesdeseine.fr

Le groupe Renault attaché à ce lieu historique, n’a pas voulu abandonner complètement le site et y a installé sa première piste d’essai de sa gamme de véhicules électriques.

ile seguin-renault-centre-essai-ve
Source : http://tuning.conanecu.ro/

L’aménagement de l’ile Seguin obéit à l’ensemble des données d’un éco-quartier, conformément à la volonté de Boulogne-Billancourt et de la SAEM Val de Seine aménagement. Cela lui a valu d’être primée au « Grand Prix National Eco-Quartier » dans la catégorie « Performances écologiques/ Innovation ».

L’aspect énergétique est pour beaucoup dans l’obtention de cette distinction. C’est le groupe Idex, expert en efficacité énergétique, qui est en charge des réseaux de chaleur et de froid. Ces réseaux permettent aujourd’hui de couvrir les besoins équivalents à 5.000 logements (80.000 m2 de rénovation et 300.000 m2 de neuf). Celui-ci continue à s’étendre au rythme de la progression des constructions et des rénovations immobilières. A terme, Idex assurera l’approvisionnement en chauffage et en climatisation de plus de 10.000 habitants et de 15.000 salariés.

Pour atteindre l’ambitieux taux d’EnR&R (Energies Renouvelables & de Récupération) qu’il s’est fixé (65%), le groupe Idex a eu recours à un mix énergétique fondé sur trois sources d’énergies différentes :
– La valorisation énergétique des déchets ménagers provenant du centre d’Issy les Moulineaux,
– Une centrale de stockage de glace avec refroidissement par l’eau de la Seine, capable de fonctionner en free-cooling,
– Une centrale thermo frigorifique avec valorisation géothermale saisonnière.


Source : http://www.ileseguin-rivesdeseine.fr

Ces centrales de production d’énergies sont totalement invisibles dans cet environnement urbain à forte densité : elles sont totalement intégrées à l’infrastructure des copropriétés, les groupes froids et le stockage de glace se trouvent dans les culées creuses du Pont de Sèvres et la centrale thermo frigorifique est enterrée.

Toutes ces innovations environnementales ont été reconnues par le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement : le réseau est le premier réseau français agréé BBC RT 2012 (commission TITRE V mai 2012). L’ADEME a soutenu ce projet à hauteur de 4,2 M€.

 

Commentaires fermésread more
© Copyright ON THE MOVE! FROM MONACO TO THE WORLD! 2012. All rights reserved. | Powered by IMEDD | Designed by IMEDD