Tag: ON THE MOVE from Monaco to the World

avr
25

Votre ville est-elle « Orientée Lieu » ou « Orientée Design »? – villedurable.org

by , under VILLES

 

Nous vous proposons cet article publié par le site : villedurable.org

D’après un article original de Project for Public Space, traduit de l’anglais par Jean-Philippe Dind.

Quand surgit dans votre ville une opportunité pour aménager un site, quel type d’approche favorisent les responsables du projet? Est-ce qu’ils traitent le site comme un objet immobilier indépendant, que des architectes et des urbanistes ont la charge d’interpréter avant l’implication des résidants locaux? Ou bien s’adressent-ils à la population pour identifier quels sont les besoins déjà présents dans le secteur urbain concerné par le site, pour ensuite commencer à concevoir le plan en partenariat avec les usagers locaux? Nous nommons la première de ces approches une démarche Orientée Design « Design-Centered approach », et la seconde une démarche Orientée Lieu « Place-Centered approach ».

Pour en savoir plus : cliquez ici

Commentaires fermésread more
avr
25

Des camions plus aérodynamiques et plus verts en Europe

by , under INITIATIVES, MOBILITE, ON THE MOVE

 

"Le cube étant la forme la moins aérodynamique qui puisse être imaginée, il est impératif d’améliorer la silhouette des camions qui circulent sur nos routes. Cette évolution rendra le transport routier plus vert et plus sûr", a déclaré le commissaire européen chargé des transports, Siim Kallas, dans un communiqué. La Commission Européenne propose un projet qui autoriserait les constructeurs de camions à fabriquer des cabines aux formes plus arrondies et à rajouter des déflecteurs aérodynamiques à l’arrière des remorques. Selon une étude réalisée par la Commission Européenne, ces dispositifs permettraient de réduire de "5000 euros par an les coûts du carburant (pour un camion longue distance standard parcourant environ 100000 km)".


Photos : http://fr.123rf.com

Ces nouvelles mesures permettraient à la fois de réduire les émissions de CO² et d’améliorer la sécurité des transports. Siim Kallas précise qu’en termes "d’émissions de gaz à effet de serre, cela représente une réduction de 7 à 10% (soit 7,8 tonnes de CO² pour le même camion effectuant le même nombre de kilomètres)". Rappelons que le transport routier de marchandises représente 70% du total des transports de marchandises en Europe, l’impact pourait donc être important, d’autant plus que selon la Commission Européenne, "1 million de camions pourraient bénéficier de ces nouvelles mesures". Concernant la notion de sécurité, la commission précise "qu’une forme plus arrondie de l’avant de la cabine offre aussi un champ de vision élargi pour le conducteur, ce qui permettrait d’épargner chaque année la vie de 300 à 500 piétons et cyclistes".

Le projet est maintenant lancé, si la proposition était adoptée (par le Parlement Européen et les Etats membres de l’UE), nous pourrions croiser ces nouveaux poids lourds sur nos routes d’ici à 2018-2020. Plusieurs projets sont déjà à l’étude sous formes de concepts chez plusieurs constructeurs parmi lesquels Renault, Volvo…

 

 

 

Commentaires fermésread more
avr
23

Lyon développe sa ville intelligente – Mobilité Durable.org

by , under ENERGIES, MOBILITE, VILLES

 

Nous vous proposons cet article publié par le site : Mobilité Durable.org

Lyon a décidé de mettre la mobilité durable et la gestion d’énergies au centre de ses exigences pour l’avenir. Retour sur les initiatives lancées par la capitale des Gaules. En prenant en compte le fait que les villes, qui concentrent 50 % de la population mondiale, produisent 80% des gaz à effet de serre, la ville de Lyon a voulu réagir. « Nous sommes à une époque charnière pour les villes en général et pour Lyon en particulier », a expliqué Gérard Collomb, sénateur et maire de la ville.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Commentaires fermésread more
avr
22

Pampelune : 5500 tonnes d’émissions de CO2 évitées grâce à ENGAGE ! – villedurable.org

by , under ENERGIES, VILLES

 

Nous vous proposons cet article publié par le site : villedurable.org

Le 8 novembre 2012, l’une des villes pionnières de la campagne ENGAGE, a organisé l’événement de clôture de sa campagne pour remercier les mille participants qui ont permis d’éviter 5500 tonnes d’émissions de CO2, grâce à leurs actions locales.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Commentaires fermésread more
avr
22

Le classement des villes françaises où il fait bon pédaler – Mobilité Durable.org

by , under VILLES

 

Nous vous proposons cet article publié par le site : Mobilité Durable.org

Le vélo a la cote en France : de plus en plus de villes proposent des deux-roues en libre-service. Elles aménagent également leurs voiries afin de faciliter sa pratique. Focus sur le top 5 et le flop 3 des villes françaises. Le site « Terra eco » a réalisé un classement des villes françaises où il fait bon pédaler. Afin d’établir ce classement, un questionnaire a été envoyé à 40 villes et agglomérations françaises entre les mois de janvier et mars 2013. 34 de ces villes ont répondu.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Commentaires fermésread more
avr
20

Point sur le déploiement des infrastructures de recharge pour les véhicules électriques en France

by , under BORNES DE RECHARGE, ENERGIES, ENTREPRISES, MOBILITE, VILLES, VOITURE ELECTRIQUE

 

Depuis quelques années, les infrastructures de recharge pour les véhicules électriques, sont au coeur de tous les débats… Retour sur un sujet global, imbriqué au sein des territoires et devant assurer la continuité pour les usagers…

LE LIVRE VERT SUR LES INFRASTRUCTURES DE RECHARGE

Le Sénateur Louis Nègre avait été chargé par le Premier Ministre François Fillon de travailler sur la problématique des véhicules décarbonés, suite au plan national de 2009 pour le développement des véhicules électriques et hybrides rechargeables en France (voir le document). Il s’agissait d’établir "un livre vert", précisant le cadre organisationnel et conceptuel nécessaire. "Il apporte des précisions indispensables sur le dimensionnement des infrastructures, ainsi que sur les modèles économiques et juridiques pour leur déploiement. Il constitue le véritable guide destiné aux collectivités territoriales dans la mise en œuvre de leur projet". (Source : MEDDE).

Outre sa dimension conceptuelle, le Livre Vert poursuit l’ambition d’être une ligne directrice en vue de parvenir à l’objectif de mise en circulation de 2 millions de véhicules électriques et hybrides en 2020, impliquant un réseau de points de recharge suffisamment dense au sein des territoires. Les estimations sont de 400 000 bornes accessibles au public et de 4 millions de bornes privées à l’horizon 2020.

L’ANNONCE D’UN NOUVEAU PLAN DE SOUTIEN PAR LE GOUVERNEMENT FRANCAIS POUR L’AUTOMOBILE

Le 25 juillet 2012, le Gouvernement Français, par la voix de son Ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg, a annoncé un plan de soutien à la croissance des véhicules écologiques, ancré sous deux thématiques : la mobilité propre et l’accessibilité des véhicules à l’ensemble de la population.

"Nous aimons notre automobile [...], une automobile, qui sera différente [...], elle sera propre, et elle sera populaire. [...] l’argent public doit être utilement dépensé et faire l’objet de contre-parties, de la part de nos partenaires. [...] rendant le prix du véhicule électrique, comparable à celui de l’équivalent en véhicule thermique, mettant ainsi à la portée de tous les français, dans un horizon quasi-immediat, le véhicule électrique". (Lire notre article). « Il ne s’agit plus d’une expérimentation du véhicule électrique en France, mais du lancement du véhicule électrique ». Arnaud Montebourg.

La France renforce sa volonté de soutenir le développement de la mobilité électrique, qui est déjà une réalité pour certains français. En 2012, la France a concentré 35% des ventes de voitures électriques des particuliers en Europe, amenant aussi la réalité du début de la continuité de la disponibilité des infrastructures de recharge sur le territoire.

LA CONFERENCE ENVIRONNEMENTALE, EN FRANCE, CONFIRME LA VOLONTE DE LA TRANSITION ENERGETIQUE.

Les 14 et 15 septembre 2012, à quelques jours de la Semaine Européenne de la Mobilité, s’est tenue en France, la Conférence Environnementale, "un nouveau partenariat écologique qui doit permettre à la France, d’engager de façon exemplaire, la transition écologique et énergétique pour répondre aux urgences environnementales et préparer le monde de demain" Président François Hollande.

La France souhaite fixer avec ses partenaires français et européens une véritable politique des énergies renouvelables fondée autour de quatre axes :

  • l’efficacité énergétique dans les bâtiments (quatre millions de logements à équiper),
  • la simplification des règles administratives,
  • la stabilité des aides, des dispositions fiscales et du prix de rachat de l’électricité issue d’énergies renouvelables,
  • le soutien public à l’innovation, d’une part par le biais de la Banque Publique d’Investissement, d’autre part, par le Grand Emprunt.

La question de l’énergie (voir notre article) a été placée comme un engagement fort de cette conférence environnementale, impliquant aussi de fait la problématique de l’accès à la recharge énergétique pour les véhicules électriques.

L’ADEME A LANCE DES APPELS A MANIFESTATION SUR LES INFRASTRUCTURES DE RECHARGE EN FRANCE

La Direction Villes et Territoires Durables, Service Transports et Mobilité et la Direction Recherche et Prospective, Service Recherche et Technologies Avancées de l’ADEME ont lancé fin 2011, un appel à manifestation concernant le déploiement des infrastructures de recharge pour les véhicules électriques et hybrides rechargeables. En effet, plusieurs villes ou communautés d’agglomérations ont signé la charte pour le déploiement d’infrastructures publiques de recharge de véhicules électriques et hybrides rechargeables. 

Par cette charte, les signataires s’engagent principalement à :

  • mettre en œuvre le déploiement d’infrastructures de recharge publiques si les conditions techniques et réglementaires suffisantes sont réunies
  • participer à l’étude lancée par l’Etat sur les modèles économiques
  • communiquer sur l’existence des plans de déploiement
  • être un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics sur le sujet.

Même si quantitativement les bornes de recharge accessibles au public, placées dans des parkings ou sur voirie, ne représenteront vraisemblablement que 10% des prises et 5% des usages, elles offriront une assurance aux utilisateurs de pouvoir accéder à des infrastructures de recharge en dehors de la sphère privée (domicile, travail) et des stations services. Elles constitueront à ce titre un gage de fiabilité de l’ensemble du système, complément indispensable pour renforcer la confiance des utilisateurs dans le véhicule électrique (source : ADEME).

La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 16 décembre 2013.

Le 10 janvier 2013, l’ADEME a publié second un appel à proposition concernant un dispositif d’aide au déploiement d’infrastructures de recharge pour les véhicules hybrides et électriques. Dans le cadre des Investissements d’Avenir, l’Etat a confié à l’ADEME le rôle d’opérateur du programme «véhicule du futur», conformément à la convention du 8 décembre 2010 publiée au JO le 10 décembre 2010. Ce programme a permis de soutenir de nombreux projets d’innovation au travers de 11 appels à manifestations d’intérêt publiés en 2011 et 2012, notamment sur la mobilité, les infrastructures de recharge et les chaînes de traction électrique.
Le développement à grande échelle du véhicule électrique en France suppose que des infrastructures de recharge soient disponibles pour les usagers. Si l’essentiel des recharges se fera au domicile ou sur les lieux de travail, la disponibilité de bornes de recharge en accès public est jugée nécessaire pour assurer l’utilisateur contre le risque d’autonomie insuffisante. C’est ce qui a conduit les pouvoirs publics à mettre en place un dispositif d’aide aux collectivités susceptibles de déployer des infrastructures de recharge. (Source : Ademe).

Date limite de dépôt des dossiers : 16 décembre 2014.

Pour plus d’informations :
http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=25272&nocache=yes

EN FRANCE, LA MISSION HIRTZMAN POUR LE DEPLOIEMENT DES INFRASTRUCTURES DE RECHARGE

Début octobre 2012, le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie a lancé la mission Hirtzman, qui avait été annoncée dans le cadre du plan automobile présenté par le Ministre du Redressement Productif le 25 juillet 2012 et qui doit permettre de faire émerger et d’accompagner les projets d’infrastructures de recharge dans les territoires (source : MEDDE).

Deux axes ont été annoncés : les projets de déploiement à grande échelle de bornes de recharge des agglomération de plus de 200 000 habitants, ou ceux portés par une région seraient dorénavant éligibles aux fonds du Programme des Investissements d’Avenir, l’accélération du déploiement des bornes de recharge sur les autoroutes, dans les parkings de stationnement, et dans les parkings ouverts au public comme les parkings des grandes surfaces, ces projets pourront aussi être accompagnés par les fonds du PIA, pendant une durée limitée.

Plus d’informations :
http://www.developpement-durable.gouv.fr/Voitures-electriques-lancement-de.html
http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-plan-vehicules-electriques-et,26806.html

LA COMMISSION EUROPEENNE REND UN AVIS SUR DES OBJECTIFS QUANTITATIFS POUR 2020

Le 24 janvier 2013, la Commission Européenne mentionne que si "davantage d’automobilistes abandonnaient les voitures roulant à l’essence ou au diesel au profit de celles fonctionnant à l’électricité, à l’hydrogène ou au gaz naturel, cela renforcerait l’indépendance de l’Union Européenne par rapport aux importations de pétrole et réduirait les émissions de gaz à effet de serre".

Pour favoriser l’indépendance, la Commission Européenne préconise de lever les obstacles, en se concentrant sur quatre objectifs majeurs, en fonction des types d’énergies :

Electriques :
Il s’agit d’un équipement minimum de stations de charge par pays et d’une fiche normalisée permettant aux automobilistes de recharger leurs véhicules partout dans l’Union Européenne. En d’autres termes, la Commission Européenne préconise la mise en place d’une norme pour les prises de recharge.

Hydrogène :
Il s’agit de la mise en place de normes communes relatives aux tuyaux de ravitaillement et autres composants des stations dans 14 États membres de l’UE.

Gaz naturel liquéfié (GNL) :
Il s’agit de stations de ravitaillement pour les camions, équidistantes de 400 km le long du réseau de transport européen unifié. De même, la Commission Européenne prévoit que les bateaux puissent également pouvoir être ravitaillés dans l’ensemble des installations portuaires maritimes ou intérieures.

Gaz naturel comprimé (GNC) :
Il s’agit de stations de ravitaillement respectant des normes communes, accessibles aux véhicules ordinaires et équidistants de 150 km dans toute l’Europe, d’ici à 2020.

La Commission Européenne rappelle aussi, que 84% du pétrole utilisé pour les transports provient de l’importation, soulignant la grande dépendance et les risques liés à cet approvisionnement. Dans ce contexte, avoir recours à de nouvelles sources d’énergies, moins polluantes que les énergies fossiles, permet à la fois de diminuer les risques, la dépendance et l’impact environnemental.

Plus généralement, la Commission Européenne se prononce dans le cadre de son projet intitulé "Vision d’une Europe interconnectée", une nouvelle stratégie visant à améliorer le système de transports en reliant les réseaux routiers, ferroviaires, aériens et fluviaux, en vue de réduire la dépendance à l’égard des importations de pétrole et de diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

Informations complémentaires : LIVRE BLANC : Feuille de route pour un espace européen unique des transports – Vers un système de transport compétitif et économe en ressources : http://www.imedd-group.com/white_paper_com(2011)_144_fr.pdf

LES PAYS EUROPEENS LEADERS DE L’ENGAGEMENT POUR UNE MOBILITE ELECTRIQUE

Pour compléter les propos précédents, la Commission Européenne a fixé des prescriptions d’objectifs quantitatifs à atteindre, à la fois en termes d’équipements en véhicules électriques, et dans le même temps, en matière de maillage d’un réseau d’infrastructures de recharge. Ainsi, 13 pays prennent le lead pour les objectifs d’équipements en véhicules électriques à l’horizon 2020, avec en tête l’Espagne, la France, le Royaume Uni et l’Allemagne et un objectif quantitatif projeté d’au minimum 100 000 unités par pays.
Concernant le maillage du réseau, on retrouve en tête l’Allemagne, l’Italie, le Royaume Uni, la France et l’Espagne, qui tendraient vers des objectifs de plus de 80 000 infrastructures ouvertes au public.
Au titre des équipements actuels, l’Allemagne est en tête, suivie des Pays-Bas, de la France, de l’Espagne, de l’Italie et du Portugal, avec au minimum 1350 infrastructures de recharge existantes (en 2011).

Les préconisations de la Commission Européenne sont ambitieuses, puisqu’il s’agirait, par exemple, pour la France, de multiplier par 61 le nombre d’infrastructures actuelles (date de référence 2011) pour atteindre les objectifs préconisés pour 2020. Dans le même temps, la Commission Européenne a émis une préconisation pour les prises de recharge de Type 2 (non encore décidée), l’idée étant de proposer un standard en Europe.
Le tableau ci-dessous explique les préconisations quantitatives de la Commission Européenne, étant entendu que le nombre de points de recharge ouverts au public est égal à 10 % du nombre total de points de recharge.

Si les pays européens souhaitent s’aligner sur les objectifs préconisés par la Commmission Européenne, les sept années à venir vont devoir être entreprises un "pied bien enfoncé sur l’accélérateur", le tout dans un contexte de crise.

Plus d’informations : http://europa.eu/rapid/press-release_IP-13-40_fr.htm#footnote-1

2EME ASSISES NATIONALES DES INFRASTRUCTURES DE RECHARGE EN FRANCE

Dans le même temps, l’AVEM a organisé les 14 et 15 février 2013, les 2ème assises nationales des Infrastructures de Recharge, réunissant les entreprises, associations et organisations publiques, concernées par ces enjeux, qui au regard des dernières préconisations, vont pouvoir faire le point sur ces avancements.

Plus d’informations : http://assises2013.avem.fr/

CONFERENCE DU CLUB DES VOITURES ECOLOGIQUES A EVER MONACO 2013

EVER MONACO 2013 a accueilli le 28 mars 2013 une conférence organisée par le Club des Voitures Ecologiques. L’IMEDD a assisté à la table ronde sur les infrastructures de recharge, et en rapporte quelques images à voir sur YouTube.

 

Vous pouvez consulter les autres vidéos en cliquant ici

ET DEMAIN ?

Nul doute que de l’effervescence de ces débats autours des enjeux de mobilité électrique, sorte un système global, stable et durable, qui va permettre l’accompagnement du déploiement du véhicule électrique en France, en Europe et à l’international. Le cap quantitatif préconisé par la Commission Européenne est ambitieux, compte tenu de la situation économique actuelle, impliquant que tous les types d’organisations aillent dans le même sens, à vive allure, pour tendre vers les objectifs de 2020. Cela étant dit, le rôle de la Commission Européenne est d’être ambitieuse.
De plus, s’il y a quelques années, les questions de mobilité s’entreprenaient aussi du point de vue de la réduction de l’impact environnemental, la situation actuelle fait qu’aujourd’hui, ce sont des raisons économiques qui sont mises en avant, faisant que ces nouveaux modèles doivent être poussés.
Nous entrons dans une nouvelle période où les politiques publiques doivent être lisibles, visibles et appliquées, où les acteurs de la mobilité électrique doivent se coordonner pour accompagner ce déploiement, et où tous, doivent entreprendre de pousser les messages de la mobilité électrique vers les utilisateurs finaux, les collectivités, les entreprises et les populations. Le challenge est grand, les objectifs aussi. Il s’agit de construire une indépendance énergétique pour la voiture, un meilleur cadre de vie pour les populations, et de garantir la pérennité de l’innovation, une des composantes des succès économiques individuels et collectifs.

 

Commentaires fermésread more
avr
16

Ouverture des salons eCarTec et eBikeTec à Paris le 16 avril 2013

by , under INITIATIVES, MOBILITE, ON THE MOVE

 

La seconde édition du salon eCarTec Paris se tiendra du mardi 16 au jeudi 18 avril 2013 à la Porte de Versailles, à Paris dans le hall 5-1. Elle sera placée sous le haut patronage du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie et du Ministère du Redressement Productif. Le public pourra y découvrir tous les aspects du véhicule électrique :
– véhicules électriques,
– infrastructures de recharge,
– force motrice et technique de moteurs,
– technologies de stockage d´énergie,
– développement et sous-traitance.

Comme lors de la première édition, les organisateurs attendent la visite de professionnels (ingénieurs, acheteurs, commerçants, responsables de flottes), de consommateurs et de décideurs politiques. Pour la première édition, en 2012, le salon avait reçu la visite de plus de 2400 visiteurs. "Nous nous réjouissons de la réussite du salon eCarTec Paris 2012 au Parc des Expositions Porte de Versailles. 96 entreprises ont présenté leurs innovations et visions d’avenir concernant la mobilité électrique à plus de 2 400 visiteurs, sur près de 6 000 mètres carrés de surface d’exposition."

Profitant de cette seconde édition, les organisateurs ont décidé de lancer le salon eBikeTec, un salon dédié aux deux roues où seront présentés :
– technologie des véhicules électriques à deux roues,
– homologation,
– composants constructeurs.

Une piste d’essais sera également à la disposition des visiteurs qui auront envie de s’essayer à ces nouvelles formes de mobilité.

En marge de ces expositions, Munich Expo organisera la 4ème Conférence Internationale sur la Mobilité Electrique et Hybride les 16 et 17 avril en français et en anglais (traduction simultanée). Plusieurs thèmes seront abordés (véhicules utilitaires, pile à combustible et hydrogène, énergie, infrastructures de recharge, gestion de flottes, voiture connectée) par des interlocuteurs de renom (Joseph Beretta – Avere France, Andreas Pfeiffer – Hubject GmbH, Philippe Brendel – Arval, Mathieu Belle – Saftbatteries, Olivier Paturet – Nissan Europe SAS, Claude Ricaud – EV Plug Alliance…). Consultez le programme complet.

Plus d’information : http://www.ecartec-paris.eu/
Photos : http://www.ecartec-paris.eu/

 

Commentaires fermésread more
avr
08

Notre expérience à EVER MONACO 2013

by , under ON THE MOVE

 

Voici le flipping book de notre expérience à EVER MONACO 2013

 

[book id='18' /]

Commentaires fermésread more
avr
03

A Aix en Provence, les réverbères rechargent les voitures électriques

by , under BORNES DE RECHARGE, INITIATIVES, MOBILITE, ON THE MOVE, VILLES, VOITURE ELECTRIQUE

 

La France a choisi d’investir lourdement dans la mobilité électrique. Si cette technolgie concentre beaucoup d’avantages, notamment environnementaux, il n’en reste pas moins que beaucoup de progrès technologiques sont encore attendus, notamment en termes d’autonomie des véhicules. Pour parer à ce problème, la solution réside dans un parc d’infrastructures de recharge très dense. Le plan français prévoit que le pays sera équipé de près de 4,5 millions de bornes de recharge d’ici 2020.

A cette occasion, la ville d’Aix en Provence lance son projet,en partenariat avec le consortium Telewatt mené par Citelum (filiale de Dalkia, elle-même filiale du groupe Veolia). L’originalité du projet réside dans le fait que les infrastructures de recharge seront intégrées dans l’éclairage public. Ce projet, dont le développement devrait durer 18 mois et dont les coûts sont estimés à 3,5 millions d’euros, est soutenu par Investissements d’Avenir de l’Ademe qui apportera 1,6 millions d’euros sous forme de suvention et d’avance remboursable.

Pour la collectivité, l’innovation de cette solution se situe dans l’optimisation de la puissance disponible sur les réseaux : en préservant le service de l’éclairage, un système de gestion centralisée permet de superviser les réseaux (puissance, consommation, état…) et la gestion des flux et des accès des usagers.

Pour l’usager, Telewatt prévoit que toutes les opérations seront centralisées sur son teléphone mobile ou smartphone, lui permettant de réserver, suivre et gérer à distance la charge de son véhicule et d’en assurer le paiement. Le téléphone doit faire ainsi office de télécommande.


Source : http://voituredufutur.autodeclics.com

Cette solution présente l’avantage d’être particulièrement économique :
- aucun travaux de génie civil,
- aucune adaptation particulière sur le réseau de distribution,
- utilisation de prises plug and play avec identification par adresse IP, pouvant être très facilement déplacées sur un autre équipement.

 

Commentaires fermésread more
avr
03

L’hydrolienne Seagen fait des émules

by , under ENERGIES, INITIATIVES, ON THE MOVE

 

Le 17 juillet 2008 restera pour longtemps un grand jour pour la société Marine Current Turbines et pour Strangford Lough, en Irlande du Nord. Ce jour là, l’hydrolienne de la société Marine Current Turbines a donné ses premiers tours de pales et a produit pour la première fois de l’énergie électrique à une échelle commerciale (issue de la technologie hydrolienne).

L’hydrolienne est une turbine sous-marine qui permet la transformation de l’énergie cinétique (énergie générée par un mouvement) des courants de marées en énergie mécanique. Cette énergie cinétique est ensuite transformée en énergie électrique par un alternateur. L’avantage d’une hydrolienne par rapport à une éolienne réside dans le fait que la masse volumique de l’eau est 832 fois plus élevée que celle de l’air : cela permet, malgré une vitesse de fluide en général plus faible, de récupérer beaucoup plus de puissance.


Source : http://www.guardian.co.uk

Le système, installé à 400 mètres du rivage, comprend deux rotors qui pèsent dans leur ensemble plus de 1000 tonnes. Les rotors, d’un diamètre de 16 mètres de diamètre balayent un secteur de 402 mètres carrés et fonctionnent entre 18 et 20 heures par jour. A pleine charge, l’hydrolienne produit 5 GWh, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 1500 foyers.

Pour la maintenance, les pales remontent et s’immobilisent horizontalement au-dessus de la surface de l’eau. Dans le cas d’un courant trop important, les pales peuvent être orientées de manière à limiter la vitesse de rotation. Ce dispositif permet de limiter la fatigue de la structure, exactement comme sur une éolienne. Il est même possible de mettre le bord d’attaque de la pale face au courant, de manière à l’arrêter tout doucement, même par fort courant. En faisant varier le pas de 180 degrés, les rotors fonctionnent à marée montante et à marée descendante avec le même sens de rotation.


Source : http://www.ddmagazine.com

Martin Wright, directeur général de Marine Current Turbines, expliquait lors d’une interview les bénéfices de l’hydrolien :
– les hydroliennes sont beaucoup plus petites que les éoliennes pour une même puissance,
– les courants marins sont prévisibles et permettent d’estimer avec précision la production d’électricité,
– les potentiels des courants marins sont très importants (EDF estime que 5 GW, soit environ 3 réacteurs nucléaires de type EPR, pourraient être installés à proximité des côtes françaises),
– l’hydrolien utilise une énergie renouvelable (le courant marin) et elle ne pollue pas (déchets issus de combustion, déchets radioactifs…).

Nous pouvons toutefois noter que les détracteurs de cette technologie présentent eux aussi des arguments de poids :
– utilisation d’antifouling pour protéger la structure des assauts de l’environnement marin,
– structure émergeante, qui peut être une gêne pour la navigation,
– création de zones de turbulences, qui modifient la sédimentation et le courant, avec de possibles effets sur la flore et la faune juste en aval de leur positionnement,
– collisions potentielles de poissons ou de mammifères marins avec les pales.

Certains spécialistes travaillent actuellement sur le principe d’hydrofoils oscillants qui permettrait de conserver les avantages du système tout en limitant les inconvénients. L’un des plus récents est le dispositif autostable à double pales StreamWings :


Source : http://commons.wikimedia.org

Le potentiel lié à cette nouvelle technologie est important : des ingénieurs ont calculé que l’hydrolien théorique exploitable serait de l’ordre de 15000 MW en Europe pour une production pouvant aller de 20 à 30 TWh/an (la consommation annuelle de 6 à 8 millions d’habitants). 60% de ce potentiel se trouverait en Grande-Bretagne et 20% en France.

Les courants marins sont très certainement exploitables partout dans le monde, toutefois, les courants de marée constituent pour l’instant le domaine préférentiel de ce type de technologie (les courants de marée présentent en effet, par rapport aux courants généraux des caractéristiques particulièrement favorables : intensité importante, proximité de la côte, direction stable, prédictibilité).

Plusieurs projets sont actuellement à l’étude, en test ou en cours de réalisation à travers le monde : le projet Semi-Submersible Turbine au Royaume-Uni, les projets Arcouest de Paimpol-Bréhat, Harvest et Marenergie en France, le projet Idénergie au Québec, le projet AK1000 en Ecosse…

 

A propos de Marine Current Turbines : la société est localisée à Bristol en Angleterre. Fondée en 2000, l’entreprise a pour principaux actionnaires BankInvest, ESB International, EDF Energy, Guernsey Electricity, et Triodos Bank. L’entreprise a initié un programme de recherche de 2,5 millions d’euros pour mesurer l’impact des hydroliennes sur la faune marine. Sont impliqués l’université Queen University Belfast et le centre de recherche sur les mammifères marin de l’université de St Andrew (SMRU). Consulter le site de Marine Current Turbines.

 

Commentaires fermésread more
© Copyright ON THE MOVE! FROM MONACO TO THE WORLD! 2012. All rights reserved. | Powered by IMEDD | Designed by IMEDD