avr
03

L’hydrolienne Seagen fait des émules

by , under ENERGIES, INITIATIVES, ON THE MOVE

 

Le 17 juillet 2008 restera pour longtemps un grand jour pour la société Marine Current Turbines et pour Strangford Lough, en Irlande du Nord. Ce jour là, l’hydrolienne de la société Marine Current Turbines a donné ses premiers tours de pales et a produit pour la première fois de l’énergie électrique à une échelle commerciale (issue de la technologie hydrolienne).

L’hydrolienne est une turbine sous-marine qui permet la transformation de l’énergie cinétique (énergie générée par un mouvement) des courants de marées en énergie mécanique. Cette énergie cinétique est ensuite transformée en énergie électrique par un alternateur. L’avantage d’une hydrolienne par rapport à une éolienne réside dans le fait que la masse volumique de l’eau est 832 fois plus élevée que celle de l’air : cela permet, malgré une vitesse de fluide en général plus faible, de récupérer beaucoup plus de puissance.


Source : http://www.guardian.co.uk

Le système, installé à 400 mètres du rivage, comprend deux rotors qui pèsent dans leur ensemble plus de 1000 tonnes. Les rotors, d’un diamètre de 16 mètres de diamètre balayent un secteur de 402 mètres carrés et fonctionnent entre 18 et 20 heures par jour. A pleine charge, l’hydrolienne produit 5 GWh, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 1500 foyers.

Pour la maintenance, les pales remontent et s’immobilisent horizontalement au-dessus de la surface de l’eau. Dans le cas d’un courant trop important, les pales peuvent être orientées de manière à limiter la vitesse de rotation. Ce dispositif permet de limiter la fatigue de la structure, exactement comme sur une éolienne. Il est même possible de mettre le bord d’attaque de la pale face au courant, de manière à l’arrêter tout doucement, même par fort courant. En faisant varier le pas de 180 degrés, les rotors fonctionnent à marée montante et à marée descendante avec le même sens de rotation.


Source : http://www.ddmagazine.com

Martin Wright, directeur général de Marine Current Turbines, expliquait lors d’une interview les bénéfices de l’hydrolien :
– les hydroliennes sont beaucoup plus petites que les éoliennes pour une même puissance,
– les courants marins sont prévisibles et permettent d’estimer avec précision la production d’électricité,
– les potentiels des courants marins sont très importants (EDF estime que 5 GW, soit environ 3 réacteurs nucléaires de type EPR, pourraient être installés à proximité des côtes françaises),
– l’hydrolien utilise une énergie renouvelable (le courant marin) et elle ne pollue pas (déchets issus de combustion, déchets radioactifs…).

Nous pouvons toutefois noter que les détracteurs de cette technologie présentent eux aussi des arguments de poids :
– utilisation d’antifouling pour protéger la structure des assauts de l’environnement marin,
– structure émergeante, qui peut être une gêne pour la navigation,
– création de zones de turbulences, qui modifient la sédimentation et le courant, avec de possibles effets sur la flore et la faune juste en aval de leur positionnement,
– collisions potentielles de poissons ou de mammifères marins avec les pales.

Certains spécialistes travaillent actuellement sur le principe d’hydrofoils oscillants qui permettrait de conserver les avantages du système tout en limitant les inconvénients. L’un des plus récents est le dispositif autostable à double pales StreamWings :


Source : http://commons.wikimedia.org

Le potentiel lié à cette nouvelle technologie est important : des ingénieurs ont calculé que l’hydrolien théorique exploitable serait de l’ordre de 15000 MW en Europe pour une production pouvant aller de 20 à 30 TWh/an (la consommation annuelle de 6 à 8 millions d’habitants). 60% de ce potentiel se trouverait en Grande-Bretagne et 20% en France.

Les courants marins sont très certainement exploitables partout dans le monde, toutefois, les courants de marée constituent pour l’instant le domaine préférentiel de ce type de technologie (les courants de marée présentent en effet, par rapport aux courants généraux des caractéristiques particulièrement favorables : intensité importante, proximité de la côte, direction stable, prédictibilité).

Plusieurs projets sont actuellement à l’étude, en test ou en cours de réalisation à travers le monde : le projet Semi-Submersible Turbine au Royaume-Uni, les projets Arcouest de Paimpol-Bréhat, Harvest et Marenergie en France, le projet Idénergie au Québec, le projet AK1000 en Ecosse…

 

A propos de Marine Current Turbines : la société est localisée à Bristol en Angleterre. Fondée en 2000, l’entreprise a pour principaux actionnaires BankInvest, ESB International, EDF Energy, Guernsey Electricity, et Triodos Bank. L’entreprise a initié un programme de recherche de 2,5 millions d’euros pour mesurer l’impact des hydroliennes sur la faune marine. Sont impliqués l’université Queen University Belfast et le centre de recherche sur les mammifères marin de l’université de St Andrew (SMRU). Consulter le site de Marine Current Turbines.

 

Tag: :, , , , , ,


Comments are closed.

© Copyright ON THE MOVE! FROM MONACO TO THE WORLD! 2012. All rights reserved. | Powered by IMEDD | Designed by IMEDD